De Terra-Nova à Bonavista

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd’hui, je veux voir des baleines et des macareux. Je quitte rafraichi de ma nuit à l’hôtel. Je suis prêt à affronter le reste du voyage.

terranova_p-01Mon premier arrêt est le Parc national Terra-Nova. J’entreprends un sentier qui devrait me rendre à des chutes selon une interprète du centre d’interprétation. J’ai beau fouillé, suivre les différents sentiers, je ne trouve pas de chutes. Je rencontre un couple québécois (qui viennent de la rive-sud de Montréal) et on cherche ensemble. Rien. Eh bien! Le sentier était quand même beau. Aujourd’hui, la pluie tombe un peu. Fort par moments, mais, rien pour arrêter de visiter. Je continue vers la côte Ochre, le point le plus élevé du parc. Arrivé au sommet, il y a une tour d’observation. Je suis déjà très haut et avec une peur des hauteurs, je ne peux pas monter cette tour. Je prends quelques panoramas. La vue est énorme. Je vois à plusieurs kilomètres. Avec un beau ciel bleu, ces photos seraient encore meilleures, mais, on ne contrôle pas la météo.

baleines-01Je continue le trajet vers Cape Bonavista. J’écoute la radio de CBC. Je vois quelques baleines au loin. Je m’arrête pour tenter de prendre des photos, mais, ne réussit pas. Elles sont juste un petit peu trop loin. On annonce que dans la baie de Bonavista, il y a un Garden Party qui débute ce soir. Quelle parfaite coïncidence! J’arrête à Newman’s Cove (là où se déroule le festival) et demande plus d’infos. En principe, c’est un festival de musiciens locaux, avec de la bouffe et des traditions locales. EXCELLENT! Il est encore un peu tôt, donc, je me dirige une vingtaine de kilomètre plus loin au phare de Cape Bonavista et retrouve ces merveilleux petits oiseaux, les macareux. Il y en a une centaine derrière le phare. Ils volent partout, plusieurs avec un poisson dans le bec. Que c’est beau à voir.
macareux-01Je tente, tant bien que mal, à prendre quelques bonnes photos et ensuite retourne au Garden Party. Je mange du macaroni au fromage et un bol de chili (seulement que 6$!!!). Ensuite, je vais me prendre une bière et écoute ces musiciens jouer surtout de la musique traditionnelle terre-neuvienne, avec une sonorité très country. Tout à coup, un homme sort déguisé en femme. Il est crampant. C’est un humoriste « stand-up ». Il raconte une farce après l’autre. Je comprends la majorité de ce qu’il dit, mais, son accent étant vraiment prononcé, ce n’est pas toujours évident. La musique continue. Un peu plus tard, un autre sort avec un costume « baloune », habillé comme un homme, mais, avec un dentier à peu de dents et un chapeau de pluie de pêcheur. Lui aussi raconte des farces. Durant la soirée, on change d’estrade et c’est le temps du « screeching ». Le dernier caractère nomme des noms de gens dans la foule qui ne viennent pas de Terre-Neuve (je n’ai pas donné mon nom… avec mes allergies, je ne pourrais pas participer à la cérémonie). Ils montent tous sur scène, enfilent un imperméable et un chapeau de pluie de pêcheur. On leur donne un shooter de rum jamaïcain (ce qu’ils nomment du screech) et un petit cube de balogne. On leur pose une question qu’ils doivent répondre avec un accent terreneuvien et ils prennent leur shooter et mangent la balogne. Ensuite, on apporte une morue sur scène et un à un doivent embrasser ce poisson (d’où mon impossibilité de participer!). Ils sont ainsi devenus des Terre-Neuviens d’adoption.

La pluie ayant recommencé, je décide de me trouver un coin ou m’installer pour la nuit. Je me rends au phare du Cape Bonavista. Il n’y a personne quand j’arrive, mais, à l’occasion, il y a des voitures qui viennent faire un tour. Par la musique qui sort de ce voiture et le son des tuyaux d’échappement, ça l’air que ce sont surtout des jeunes qui « cruisent » dans leur petit village. J’espère pouvoir dormir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.