Des sentiers et des étoiles

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce matin, je me fais réveiller par des corneilles, et ça fait mon affaire. Je déjeune rapidement et décide d’explorer le merveilleux Parc National Kejimkujik. C’est un parc national ainsi qu’un lieu historique. Et depuis peu, c’est aussi une réserve de ciel noir.

C’est donc avec plein d’énergie que je quitte mon terrain de camping pour suivre quelques sentiers entretenus par le parc. On y retrouve des panneaux explicatifs à plusieurs endroits. Dans cette région régnaient les mi’kmaq jusqu’à l’arrivée des blancs qui ont défiché la terre et construit des fermes. Il n’y a presqu’aucune marque de ces fermes ici, la nature ayant repris son droit.

canot_p-01En marchant dans les sentiers qui sillonnent la forêt de pruches géantes et de hêtres espacés, je ressens l’histoire. Je peux presque voir les mi’kmaq en train de chasser le chevreuil dans ce sous-bois. Ou encore, en arrivant dans un champ, je peux voir un irlandais en train de défricher sa terre alors que sa femme apprête le souper dans leur petite maison au bout du champ. Sur un autre sentier, une rivière se déplace très lentement à travers la forêt. Comme c’est calme! Un couple en canot apparaît et je peux imaginer que c’est un guide mi’kmaq qui transporte des chasseurs américains venus à la conquête de la nature.

Après plus de 4 kilomètres de marche, je retourne à mon terrain de camping pour manger et dormir un peu. Il fait chaud et c’est accablant.

Avant souper, je retourne explorer les lieux.

À 20h, un auteur raconte des histoires des vieux guides et des travailleurs du bois. C’est intéressant, mais, il y a des longueurs. C’est censé terminer à 21h pour donner l’occasion aux gens de se rendre à la prochaine activité, à 21h30. Il est 21h15 lorsque j’entends au loin des chants autochtones… et le gars parle encore. Je quitte avant la fin parce que je veux absolument voir cette prochaine activité. C’est un cercle de tambours autochtone multination. Ils dansent, chantent et racontent un peu d’histoire. Ensuite, une employée du centre, experte en astronomie, raconte des histoires se reliant aux étoiles. C’est très intéressant, mais, malheureusement, la couverture nuageuse nous empêche de voir les étoiles. Je ne pourrai pas prendre en photos la voie lactée ce soir. Ce sera pour une autre fois.