L’Acadie à travers les temps…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est un peu long ce matin pour démarrer. Deux soirs de fête comme ça, c’est dur sur le «canayen». Mon corps ne me permet pas de faire ça trop souvent, mais, je suis en vacances.

villageacadien-02J’ai su hier que le bracelet du Village historique Acadien est bon pour deux jours. Je décide donc d’y retourner puisqu’il ne pleut pas ce matin (quoiqu’il y a des nuages qui menacent). Je suis vraiment heureux d’y retourner. Je débute où j’ai terminé hier. Il y a un édifice, qui était une homarderie, qui présente une exposition de photographies locales. Il y a une quarantaine de photos ayant comme sujets des cages à homards, un râteau à foin, la neige, le coucher de soleil, les personnages et le drapeau acadien. C’est une exposition de très haute qualité.

La deuxième partie du village se déroule au début des années 1900. Il y a de l’électricité (pour l’éclairage seulement), plus de finition dans les maisons (peinture, cadres de fenêtres et de portes). En visitant l’hôtel Château Albert qui est un hôtel fonctionnel. Dans l’entrée de l’hôtel, il y a un vieux piano. L’interprète qui est là me raconte l’historique et me demande si je joue au piano. Je lui répond «Un peu». Elle m’invite à jouer. Pourquoi pas? Je joue quelques extraits de morceaux et constate qu’un petit public de 3 interprètes de l’hôtel s’est installé pour m’écouter. C’est cool.

photoDans la prochaine maison, j’arrive à la fin du dîner de l’interprète. (Les interprètent mangent des mets traditionnels qu’ils cuisinent à même les poêles à bois traditionnels. S’il y a des restes, ils en offrent aux visiteurs. Je suis un des chanceux élus et on m’offre un pointe de pâté aux légumes d’hiver (carottes, patates, navets, porc, herbes salées), une tasse de thé et une tranche de pain avec mélasse.

Je suis vraiment heureux d’être retourné au Village acadien aujourd’hui mais c’est le temps de poursuivre mon voyage. je devrais longer la Baie des Chaleurs et me rendre tranquillement vers Matane où je vais visiter mon oncle Guy.

Mais avant, je fais un petit détour obligé à Paquetville pour prendre une photo de l’affiche de la ville. Et tant qu’à être là, je dîne au restaurant La Crêpe Bretonne. Miam!!!!

arcenciel-01
En quittant, je mets à jour mon statut Facebook. Quelques minutes plus tard, un message apparaît m’incitant à me rendre au megaspectacle de Les Hay Babies, Radio Radio et Lisa Leblanc à Grand-Sault, Nouveau-Brunswick dans le cadre du Congrès Mondial Acadien. Comme je l’ai dit plus tôt, c’est tout un détour et je n’avais pas l’intention d’y aller. Je calcule ce que ça veut dire… 300-400 kilomètres de plus? Ah! Pourquoi pas? Je change donc mes plans. Envois un message à mon oncle pour lui dire que j’arriverai quelques jours plus tard et je fil à Grand Sault.

En chemin, je suis témoin d’un paysage grandiose de champs et de forêts. En montant une côte, je vois un énorme arc-en-ciel se former à l’horizon. Cette journée remplie de surprises continue à m’émerveiller!

pavillonacadie-01Toute une journée pour ma francophonie. Vivre la culture acadienne. Mes cousins francophones savent fêter!

Le site de Grand Sault s’appelle ExpoMonde. C’est donc rempli de pavillons qui présentent les différentes provinces et territoires où se retrouvent des peuples acadiens.

lisaleblanc-01Le spectacle débute avec Les Hay Babies qui sont en feu ce soir. C’est clair qu’elles sont chez eux et qu’elles vivent l’émotion de jouer devant une foule d’acadiens.

Ensuite, Radio Radio sont fidèles à eux-mêmes, présentant un spectacle plein d’énergie et bien rythmé. Ils enchaînent une chanson après l’autre avec peu de présentation, ce qui est important pour le genre de musique qu’ils présentent.

Et finalement, Lisa Leblanc débute son spectacle une trentaine de minutes après la fin de Radio Radio parce qu’ils doivent faire une prise de son. D’ailleurs, c’est évident que ce n’était pas assez alors que le spectacle débute avec un son assez mauvais. Mais, une fois la première chanson terminée, ça s’améliore grandement. Vers la fin de son spectacle, elle invite les groupes et les artistes qui ont présenté durant la journée pour chanter la chanson qui l’a rendue populaire «Aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde». Comme un coup de tête, elle demande à Serge Brido de la mettre sur ses épaules pour la chanson. «En tout cas, aujourd’hui n’est vraiment pas d’la marde pour moi!» déclare-t-il. Tout en ricanant, elle réussi à chanter la chanson d’un bout à l’autre, sur les épaules de Serge Brido, avec ses choristes de musiciens et de chanteurs acadiens. Quelle belle façon de terminer cette journée folle et spontanée!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.