Le long de la 16 en Saskatchewan

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Depuis deux jours, je voyage sur la 16 en Saskatchewan. Je dois dire que j’ai été un peu déçu. J’avais de grands espoirs de trouver des sanctuaires d’oiseaux (selon les dépliants du département de tourisme de la Saskatchewan). Malheureusement, il n’est rien de ça.

D’abord, au terrain de camping où j’ai couché hier, il y avait un « sentier » pour observer les oiseaux. J’ai tenté de suivre ce sentier pour voir ce que je pourrais trouver. Malheureusement, il n’était vraiment pas entretenu. Il y avait des arbres tombés qui empêchaient de faire le trajet.

J’y ai vu par contre un petit cerf à la queue blanche et une variété de petits oiseaux (qu’on retrouve en Ontario).

J’ai ensuite suivi la 16 puis la 35 et ensuite la 5 pour me rendre à Quill Lake (environ 75 kms au Nord de la 16)… en tout cas, j’imaginais que c’était là qui était pour avoir les informations du sanctuaire d’oiseaux des lacs Quill… Bien non! En me rendant à Quill Lake (le village), j’ai vu une affiche qui me dirigeait vers un point d’observation, 6 kms sur un chemin de terre. Eh bien, à 5,5 kms, le chemin était couvert d’eau. Impossible de passer. J’étais pour y aller avec ma Jeep, mais, étant seul, je ne voulais pas risquer de rester pris. Il n’y avait aucune indication de ce que pouvait avoir l’air le chemin sous cette eau. J’ai fait demi-tour et j’ai pris un autre chemin pour me diriger vers Quill Lake… Comme je l’ai dit précédemment, il n’y a rien là.

Je tente de me rendre à Wynyard par la 640, mais, on indique que le chemin est fermé (ça aurait été utile une telle affiche plus tôt lorsque je me rendais au point d’observation!). Je rebrousse donc chemin et continue sur la 5 pour prendre la 6 pour retourner sur la 16 et arriver à Wynyard. Je trouve le Centre d’interprétation des Quill Lakes et, bien comment dire ceci poliment… la femme qui était là ne semblait connaître absolument rien au sujet des lacs, des points d’observations et même des oiseaux. Je lui ai dit que j’avais vu des cormorans (ça se dit de la même façon en anglais non?)… des grands oiseaux noirs avec des bec oranges… non? Elle ne connaissait pas. Elle m’a dit qu’une personne lui a dit qu’il y avait de bons endroits pour voir les oiseaux sur la 640.
-Mais elle est bloquée?
-Juste à un endroit très restraint
-Ah bon… alors il y a des points d’observations sur la 640?
-Non, mais, parce que la route est bloquée, il y a très peu de circulation, donc, tu peux juste stationner ton véhicule sur le bord du chemin et tu devrais être correct.
-Wow… merci pour ton aide (dis-je avec sarcasme…)
Et je suis parti de là, bredouille, ayant fait près de 100kms hors de mon trajet pour absolument rien.

Je continue donc sur la 16 (il me semble que j’ai déjà vu cet arbre-là?). C’est là où, tout à coup, je suis à Kandahar!

Je termine ma journée à Saskatoon, le ventre plein d’un souper chez Chili’s et de quelques bières locales.

Comme le dit si bien Lisa Leblanc «P’t’êtr’ que demain ça ira mieux, mais aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde!» En fait, je sais que demain ça ira mieux puisque je vais passer la journée et la nuit chez ma Tante Nicole à Handel, Saskatchewan.