Le majestueux Cabot Trail

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après un bon déjeuner et un arrêt au Tim Horton’s (pour le WIFI gratuit afin de mettre à jour mon blog), je quitte Chéticamp pour entamer le mythique Cabot Trail. Je sais qu’en français, on devrait dire la Piste Cabot, mais, il me semble que ça perd de son charme, de son mythe.

cabot_trail_p-01C’est difficile pour moi de décrire le paysage. C’est majestueux. D’un côté, les montagnes, de l’autre côté, le Fleuve Saint-Laurent. Le chemin sillonne le long des montagnes, descend au niveau de la mer et remonte au sommet en suivant les falaises qui plongent dans l’océan. À l’occasion, le chemin bifurque à l’intérieur où la dense forêt tapisse les monts et les vallées.

Je suis impressionné de voir les cyclistes qui se retrouvent partout sur le circuit. Je n’aurais certainement pas le courage de monter ces longues pentes à-pic, et encore moins les redescendre!

skylinetrail_p-01Ici et là, il y a un village de pêcheurs logé dans une petite baie. Je m’arrête pour entreprendre un sentier Skyline, un sentier de 7,4 kilomètres au sommet d’une montagne qui mène à un promontoire qui descend un peu. Au bout du promontoire, on voit bien le Cabot trail à la gauche et le golfe Saint-Laurent à droite.  Le vent à cette altitude est intense. J’ai enlevé mon chapeau pour ne pas le perdre. Il faut vraiment s’ancrer pour ne pas partir au vent. C’est très impressionnant. Je vais monter un panorama pour tenter de démontrer le point de vue.

Je retourne à mon Jeep, remplis ma bouteille d’eau et continue mon chemin jusqu’au petit village Bay Saint Lawrence en arrêtant ici et là à des belvédères pour bien absorber la beauté majestueuse des hautes terres du Cap-Breton.

baysaintlawrence_p-01Je décide de demeurer à Bay Saint-Lawrence pour le coucher de soleil. Je rencontre un gars qui est aussi propriétaire d’un Jeep (le sien est orange) et il vient me piquer une jasette alors que je me fais à souper. Il a le même toit souple que moi, mais, il a eu de la misère à l’installer sur son Jeep à deux portes. En tout cas, on jase Jeep un peu. Il s’en va pêcher. Mais avant, il m’indique le meilleur endroit où prendre les photos du coucher de soleil. Je m’installe alors sur le quai du village en attendant que le soleil se couche. Un autre monsieur qui était sur le quai est venu me jaser pour un bon bout de temps. On a parlé chasse à l’orignal et pêche… deux sujets que je connais à fond! (vraiment pas!) Mais, il est intéressant et s’intéresse à mon voyage. Il attend un bateau qui devrait revenir avec les appâts pour la pêche du lendemain. Je commente que je suis impressionné de la grosseur des mouettes. Il part à rire, mais me dit que c’est un commentaire qu’il entend souvent. Ces goélands sont vraiment énormes! C’est une variété marine à dos noir avec une tache orange sur le bas du bec. Il les appelle « Hareng gull ». Ils sont gros et ont l’air fâché tout le temps.

Après au moins une heure d’attente, alors que le soleil s’apprête à se coucher, les nuages viennent encore gâcher le party. J’ai quand même eu quelques bonnes photos. Je retourne à mon Jeep et me rend à Dingwall et trouve un petit coin où passer la nuit.

ComfortStationJe me réveille très tôt le matin, espérant prendre des photos du lever de soleil, mais, maudits nuages!!! Eh bien, je continue le chemin. Ce matin, j’ai vraiment mal aux côtes, et ce soir, je prends le traversier vers Terre-Neuve. J’aimerais vraiment prendre une douche. Par coïncidence, je trouve une Station de confort (« Comfort Station ») à Neil’s Harbour. C’est un édifice municipal collé au poste de pompiers volontaires. Il y a une toilette pour les hommes et les femmes, des laveuses et sécheuses payantes et une douche payante. D’autres municipalités devraient offrir des stations comme ça.

Après ma douche, je trouve un restaurant et me commande une omelette aux fruits de mer (pétoncle, crevette et homard). Excellent!

Ce bout du Cabot Trail est un peu moins impressionnant et commence à être redondant. Village de pêcheurs suivi du chemin qui sillonne le golfe. Je décide donc de me rendre à North Sydney pour me reposer en après-midi et tenter de récupérer de ma blessure. Je me rends très tôt au terminus du traversier pour faire un peu de travail de photos et pour mettre à jour mon blog. À 21h, l’embarcation débute. Je trouve mon siège réservé au 9e étage du navire et m’installe pour la nuit. Lorsque le soleil se lèvera demain, je serai à Terre-Neuve.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.