Road Trip 2010

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

NOTE: Prends le temps d’aller visiter mon album de photos de mon voyage. Je vais mettre à jour lorsque j’en ai l’occasion. http://www.joelducharme.ca/voyages/road-trip-2010/road-trip-2010-2/

Et c’est parti!

joel : juillet 18, 2010 9 h 36 min : Road Trip

[flv]http://www.joelducharme.ca/blog/wp-content/uploads/2010/07/RoadTrip2010.flv[/flv]

1 Commentaire »

Retrouvailles à Ottawa.

joel : juillet 18, 2010 11 h 19 min : Road Trip

Ottawa, ma belle Ottawa.

Quel beau séjour! Des retrouvailles qui m’ont transporté aux années 1990 durant mes années universitaires. Saviez-vous que la serveuse au F&S n’a même pas changé? C’était comme si je n’étais jamais parti.

Malheureusement, aucune photo. J’étais trop pris dans la conversaton pour sortir mon iPhone ou mon appareil photo.

Aujourd’hui, l’aventure continue. Je quitte Ottawa pour me rendre à St-Lin.

Laisser une réponse»

Premier soir de camping

joel : juillet 20, 2010 21 h 08 min : Road Trip

Je suis arrivé à Beauport. Quelle belle banlieu de Québec! Mon premier soir de camping est soupoudré de sons d’avions, de motocross et de quelques québécoises qui se lamentent. Ce n’est pas grave, je prends le temps de me prendre une petite tasse de café tout en admirant le beau ciel qui sera bientôt étoilé. Demain, je passe la journée à Québec.

Laisser une réponse»

Québec

joel : juillet 22, 2010 9 h 00 min : Road Trip

Matin et après-midi : J’ai erré du matin jusqu’au soir dans le vieux Québec et sur les Plaines d’Abraham. Sur les Plaines, je me suis assis sur un banc à proximité d’une des tourelles pour près de trois heures. J’observais les gens passer, plusieurs touristes comme moi et d’autres, des citoyens de la ville. Je me demande combien d’entre eux ont réfléchi à l’importance de ces plaines pour l’histoire de notre grand pays. Assis sur ce banc, à côté d’une structure militaire, je ne peux m’empêcher de ce qu’aurait été la francophonie d’aujourd’hui si le résultat de la bataille sur les plaines d’Abraham avait été différent.

En soirée : Je suis retourné dans le vieux Québec après-souper question de prendre d’autres photos mais aussi de bien imaginer comment fonctionnait la vie à la fondation de cette belle grande ville, porte d’entrée pour le Canada. Ma soirée se termine dans un petit restaurant où je me prends une bonne bière en écoutant un chansonnier chantonner des airs de Francis Cabrel, Jim et Bertrand, Eagles, Simon & Garfunkel et beaucoup plus. Mon séjour dans la ville de Québec se termine en douleurs (mes jambes ne veulent plus me supporter après m’avoir transporté toute la journée dans les rues à-pics de la belle ville de Québec), mais avec sérénité. Le tout ne fait qu’approfondir mon attachement à la langue et à la culture française.

Laisser une réponse»

Côte-Nord

joel : juillet 22, 2010 21 h 30 min : Road Trip

Je suis parti ce matin espérant me rendre passé Baie-Comeau et vers le chemin vers le Labrador. La sillonnante 138 m’a réservé de trop belles surprises que je n’ai pu m’empêcher de m’arrêter à plusieurs reprises. J’y ai vu des bélugas, des paysages à couper le souffle et le Fleuve Saint-Laurent dans toute sa splendeur. Je suis surpris de voir que la nature (hormis le Fleuve, bien sûr) ressemble beaucoup au Nord de l’Ontario, mais en plus grandiose. L’altitude change constamment. Il me semble que je suis tout au haut d’un sommet de montagne lorsque tout à coup, en faisant un coin, voilà le Fleuve qui me dit bonjour. Une belle découverte. Je me suis rendu sur la 389, direction Labrador. Je me suis pris un terrain de camping au Camping Manic-2. Il est 20h50. J’arrive alors qu’il ne reste que 10 minutes avant que les portent ne ferment.

Laisser une réponse»

Manic-5

joel : juillet 23, 2010 21 h 00 min : Road Trip

Je suis époustouflé par l’ingénérie de Manic-cinq. C’est à se demander comment ça se fait qu’en Ontario, avec toutes nos rivières et nos cours d’eau, nous n’avons pas vraiment de barrage hydro-électrique pouvant produire une proportion significative de notre électricité.

Avant d’arriver à Manic-cinq, l’autoroute (la 389) ressemble énormément à la 144 dans le Nord de l’Ontario. Par contre, en poursuivant la route, ça change drastiquement. « L’autoroute » est en gravier, quoique bien entretenue. Elle est tout de même très utilitaire, pas plus. Pas pour les touristes réguliers!

Gagnon : Je suis un peu déçu de ce village fantôme. À vrai dire, c’est un village qui semblait être seulement sur la 138. Je n’ai vu aucune route secondaire. Les maisons ont dû être directement sur la 138. C’est quand même intriguant qu’en plein milieu de nulle part, il y a tout d’un coup une autoroute pavée et divisée. Je n’ai pas pu stationner ma voiture sur le terrain d’une ancienne maison, par contre, passé ce qui aurait été le « centre-ville », j’ai trouvé d’autres campeurs sur les rives d’un lac. Je me suis trouvé un petit coin tranquille pour souper et me reposer. J’ai pris quelques photos d’un lièvre qui m’a rendu visite au coucher de soleil. La tranquillité de l’endroit et ses fantômes me forcent à me questionner. Que sont devenus les habitants de Gagnon? Pourquoi est-ce que cette ville a été complètement détruite? Je devrai faire un peu plus de recherche…

3 reacties »

Gagnon et Labrador City

joel : juillet 24, 2010 21 h 29 min : Road Trip

Je reprends la route de bonne heure le matin. Le paysage très répétitif. De longues étendues monotones suivies de quelques lacs et rivières grandioses. Je continue, et sur la route, je trouve une ÉNORME mine de fer. Je dois approcher Labrador City. Je partage la route avec les gros camions de la mine. On dirait que je n’ai pas d’affaires sur cette route. Je continue, passe Fermont et arrive à la frontière du Labrador. Labrador City est à une quinzaine de kilomètres de la frontière. J’arrête pour déjeuner et pour m’acheter quelques fruits et légumes.

La route semble sans fin. Elle est raboteuse mais ma voiture semble bien prendre les coups. Je commence à me tanner des épinettes noires. Ce qui est intéressant par contre, c’est que celles-ci semblent être de plus en plus courtes. Je dois arriver à la limite de la toundra… n’étant pas un expert en géographie, je ne peux pas être certain. À la base, recouvrant le sol presque partout, se retrouve ce que j’appellerais de la mousse jaune-vert, presque fluorescente.

Depuis le début de la route 500, on annonce de faire attention aux caribous. Je n’ai rien vu qui démontre aucune population de cette bête. Évidemment, je préfère ne pas en voir sur la route, par contre, j’aimerais bien en voir dans une vallée, près d’un lac. Ça ferait une très belle photo. En faisant cette réflexion, tout d’un coup, j’aperçois un très gros nid d’oiseau! J’arrête sec (je n’ai pas à m’inquiéter de la circulation, puisque c’est TRÈS rare sur cette route). Je sors mon appareil photo. Voilà un faucon! Quel animal majestueux! La mère n’est pas heureuse de me voir là et elle se lamente. Ça ne l’empêche pas de quitter son nid à quelques reprises pour aller chasser. J’aimerais une lentille plus longue! Les photos sont bonnes, par contre, elles pourraient être meilleures. En fin de journée, je me trouve un petit coin au bord du chemin pour me reposer. Encore une fois, la tranquillité me berce dans mon sommeil.

Laisser une réponse»

Une vallée heureuse.

joel : juillet 25, 2010 20 h 49 min : Road Trip

La route devient de plus en plus montagneuse. Et les vallées sont spectaculaires avec de grandes rivières qui transpercent les montagnes. Je voyage quelques centaines de kilomètres pour arriver à Happy-Valley / Goose Bay. J’arrête pour déjeuner dans un A&W et à ma grande surprise, il y a Internet sans-fil. Quatre jours sans Internet et sans contact, ça fait bizarre. Je vérifie donc mes messages et réponds à quelques courriels.

Je passe la journée à errer à Goose Bay, en grande partie une base militaire. Je me rends à North West River où il y a un festival et, à ma grande surprise, un franco-ontarien, le magicien Éric Leclerc est sur la scène. Il fait son spectacle en anglais. Une petite fille qu’il fait monter sur scène doit chanter un petit quelque chose et elle chante la chanson de l’alphabet, en se trompant un peu. Elle lui demande si elle peut chanter en français au lieu. Éric lui répond « certainement » et continue en lui disant de ne jamais être gêné de parler Français. Qu’elle ne devrait jamais avoir à demander la permission de le faire. Ça fait du bien de voir un petit quelque chose de chez moi. Je ne demeure pas très longtemps au festival. Au lieu, je continue à visiter les environs.

Je trouve que cette région est très intéressante et a une histoire qui est bien visible, et bien vivante.

Pour la soirée, je décide de rebrousser chemin un peu, à Muscrat Falls, un petit coin isolé. Par contre, la météo, qui avait été exceptionnelle depuis le début de mon voyage, a décidé de changer. Je m’installe confortablement, par contre, puisque la pluie continue, j’ai peur de ne pas pouvoir sortir de ce petit coin isolé, relié par un petit chemin de terre et de sable qui ne semble pas bien évacuer l’eau de pluie. Je décide donc de me trouver une chambre d’hôtel, question de bien me reposer avant la deuxième partie de mon voyage.

Laisser une réponse»

Une nouvelle route terminée?

joel : juillet 26, 2010 20 h 51 min : Road Trip

Ahhhh! Quelle bonne nuit de sommeil. La pluie persiste. Je suis heureux d’avoir pris la décision de me rendre à un hôtel. Je fais un peu la grasse matinée et quitte vers 10h. La route est du pareil au même. La nouvelle section de route, qui relie Happy-Valley / Goose Bay à la côte du Labrador est toujours en construction. Ce qui est terminé est en très bonne condition. Par contre, vers le milieu, ils sont toujours en train de la compléter. À cette section, je fais un maximum de 30 km/h, mais je descends souvent en bas de 20 km/h. La pluie n’aide pas. La route semble glissante et dangereuse. Je prends mon temps.

Avant d’arriver à Port-Hope Simpson, je décide d’aller visiter le petit village côtier de Charlottetowne. Rien de spectaculaire. Un petit village de pêche. Je dois dire que la météo n’aide pas du tout! Je ne vois pas grand-chose avec la pluie et le brouillard. Je continue jusqu’à Port-Hope Simpson où je laisse le téléphone satellitaire d’urgence que j’avais ramassé à Wabush (à proximité de Labrador City). Encore une fois, pas grand-chose à voir à cause de la météo.

Je m’installe sur un arrêt de camionneur au bord du chemin, sur la rive d’une rivière. J’espère que la pluie lâchera avant demain matin.

Laisser une réponse»

Je tombe en amour avec l’Anse d’Amour.

joel : juillet 27, 2010 21 h 50 min : Road Trip

Un autre matin sous la pluie et le brouillard. Je décide tout de même de me rendre à Mary’s Harbour pour voir s’il y a quelque chose à voir. C’est simple comme village. Je fais une petite randonnée qui m’amène à des rapides. Intéressant. C’est malheureux que le brouillard ne me permette pas de voir le village dans sa pleine spendeur.

Je continue un peu et arrive à Red Bay. Ici, il y a un sentier de randonnée (Bone shore trail) qui me mène à la rive où se retrouve des ossements de baleines. Je vois un iceberg au large. Je tente de monter une série de marches pour me rendre au haut de la montagne, par contre, le vent m’en empêche. La pluie est arrêtée. Je rencontre deux couples de Sherbrooke au musée de Parc Canada à Red Bay (Je les ai croisé un peu plus tôt dans le sentier à Mary’s Harbour). On discute un peu. On visionne un film. Je quitte avant eux pour me rendre à l’Anse au Loup. Je trouve l’Anse d’Amour, endroit du deuxième plus grand phare au Canada (de 3 pieds). Le vent s’est calmé et les nuages se sont dispersés. Le couché de soleil est exceptionnel. Je rencontre un couple Autrichien qui termine un voyage de plusieurs mois. Depuis 2007, ils reviennent en Amérique du Nord, où se retrouve leur maison motorisée qu’ils ont fait livrer, pour parcourir presque tout le continent. La femme me dit qu’ils vont continuer cela sur un autre continent dans quelques années.

Je prends des photos du coucher de soleil. Et je m’installe pour la nuit dans ma voiture. J’espère que le soleil reviendra demain.

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *