Road Trip 2014

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq semaines sur la route

joel : juin 20, 2014 6 h 04 min : Road Trip 2014

Je pars bientôt!

Cette année, j’ai décidé de retourner dans l’Est canadien. J’ai été tellement charmé par Terre-Neuve et les maritimes en 2010. J’ai hâte d’y retourner pour revoir les points forts de mon voyage en 2010 et découvrir d’autres secrets cachés. Cinq semaines dans mon Jeep vert à explorer la belle nature et l’histoire intéressante.

Tu pourras suivre mes aventures et voir mes photos sur ce blog alors que je tenterai de mettre à jour à presque tous les jours. En attendant, si ça t’intéresses, tu pourrais lire le récit de mes deux autres Road Trip ici : Road Trip 2010 – Labrador, Terre-Neuve et les Maritimes ET Road Trip 2012 – Ouest canadien

Si tu as des suggestions, n’hésite pas pas de me laisser savoir dans les commentaires.

Laisser une réponse»

24 heures avant le départ

joel : juillet 10, 2014 11 h 30 min : Road Trip 2014

Il ne reste qu’un peu plus de 24 heures avant mon départ. Mon Jeep est prêt. Mon corps est prêt. Il ne reste qu’à partir.

Demain, je me dirige vers L’Épiphanie pour passer quelques journées avec mon grand frère et ses enfants. Spectacle de Martin Deschamps et Breen Leboeuf à Terrebonne demain soir, Festival Chasse-Galerie de l’Épiphanie samedi qui culmine avec le spectacle de Dany Bédar. Un excellent départ à mon voyage.

Ensuite, je me dirige dans les cantons de l’Est pour arriver au Lac Témiscouata dimanche soir.

Voici mon trajet brut. Évidemment, je n’ai pas identifié toutes les villes et villages que je vise visiter, et malheureusement, Cartes Google ne met pas le trajet du traversier de Argentia à North Sydney. C’est ce traversier que je vais prendre en revenant en Nouvelle-Écosse après mon séjour à Terre-Neuve. Si vous avez des idées d’endroits que je ne dois pas manquer, S.V.P. laissez-moi un commentaire!
{google_map}https://mapsengine.google.com/map/edit?mid=zu8PKiUB5U2s.kQaGVa3Rqda4{/google_map}

1 Commentaire »

La terre a tremblée à Terrebonne

joel : juillet 12, 2014 0 h 55 min : Road Trip 2014

Quelle belle façon de débuter mon voyage! Un bon déjeuner avec mon petit frère suivi du voyage à L’Épiphanie pour souper avec mon grand frère. Nous nous sommes rendus ensuite à Terrebonne pour un spectacle rock de trois groupes. Le premier, « Rusted » a joué une variété de chansons originales et des covers. Le deuxième groupe, « Loaded Revolver » a surtout joué les grands classiques du heavy métal.

 

Et finalement… Martin Deschamps et Breen Leboeuf. Un show de l’enfer!!! Ce fut un beau mélange bien dosé de chansons de Deschamps, Leboeuf et Offenbach. Je n’en reviens pas qu’à 65 ans, Breen Leboeuf a encore sa voix! Et que dire de l’énergie de Martin Deschamps. Wow! En tout, un spectacle très mémorable!

20140712-004151-2511185.jpg20140712-004150-2510518.jpg

Laisser une réponse»

Jour deux. Bédar et Feux d’artifice

joel : juillet 12, 2014 22 h 26 min : Road Trip 2014

Une autre journée en famille. C’était le Festival Chasse-Galerie de L’Épiphanie. Gonflables pour enfants, tours en kayak et en pédalo, glace aromatisée et le viromax (un genre de balançoire debout). Le tout qui culmine avec un spectacle de Dany Bédar et des feux d’artifice.

Demain, la véritable aventure débute et j’ai déjà décidé de changer mon trajet un peu. Je vais me rendre à l’Île d’Orléans. Mardi, je me rends au Lac Temiscouata.

Laisser une réponse»

Le tour de l’île, quarante deux miles

joel : juillet 14, 2014 20 h 26 min : Road Trip 2014

LeverDeSoleilOrléans-01«Le tour de l’île, Quarante-deux milles, comme des vagues, les montagnes, Les fruits sont mûrs, dans les vergers» – Félix Leclerc

J’ai passé trop peu de temps dans ce pays mythique qu’est l’île d’Orléans. Arrivé hier un peu après l’heure du dîner, j’ai visité un peu, sans m’arrêter dans les musées. J’ai exploré une moitié de cette île si chère à Félix Leclerc. Le brouillard m’empêchait de voir toute sa splendeur, par contre, il y a quelque chose dans l’air de l’île d’Orléans qui fait que, en m’installant au camping d’Orléans, je ne peux que penser aux riches chansons que j’ai tant entendu.

Ce matin, je me suis réveillé pour voir un superbe lever de soleil. Le brouillard s’est dissipé pour dévoiler la beauté de l’île. Je déjeune et continue mon chemin. Petit village après petit village, l’histoire déborde ici. Je prends le temps de marcher pour prendre quelques photos des maisons si colorées. Pour dîner, je m’arrête à la Boulange pour me prendre une petite pizza.

VieuxMoulin_p-01Le tour de l’île terminé, je file vers le Parc National du Lac Témiscouata, mais, je ne peux pas m’empêcher d’arrêter à plusieurs reprises pour admirer la beauté qui règne le long du majestueux fleuve Saint-Laurent. Tout près de Saint-Jean-Port-Joli, je traverse un pont et remarque un vieux moulin charmant accompagné de ses chutes. Je m’immobilise et marche sur le pont étroit (il y avait pas mal de circulation et vraiment très peu de place pour moi!). Je sors mon trépied et capture le moment.

Pour arriver au Parc National du Lac Témiscouata (un parc national du Québec… pas un parc national du Canada…. Dans toutes les autres provinces, on a des parcs nationaux (gérés par le gouvernement fédéral) et des parc provinciaux (gérés par les provinces). Au Québec, on a des parcs nationaux et des parcs nationaux. – fin de mon commentaire politique), c’est long… c’est très long. Une fois rendu à Cabano, on voit très bien le lac Témiscouata. Par contre, il faut prendre un chemin (plus de 30 kilomètres) pour arriver à Saint-Michel du Squatec pour retourner vers le lac (une vingtaine de kilomètres, en grande partie sur un chemin de gravier). Une fois arrivé, il n’y avait personne pour m’accueillir, donc, je me suis acquitté des frais d’accès de la journée et je suis entré dans le parc en me rendant au centre d’interprétation. Je prends mon terrain de camping et, après un bon souper, je me couche pour la nuit. Demain, ce sera une belle journée!

 

Laisser une réponse»

Une journée de route

joel : juillet 15, 2014 22 h 33 min : Road Trip 2014

Saint-Louis-du-Ha-HaAvant de quitter le lac Témiscouata, je décide de prendre un sentier pour voir ce qu’il y a à voir ici. C’est un très beau parc et très bien entretenu. Le Sépaq (qui gère les parcs nationaux du Québec) a développé une application pour téléphone intelligent pour les visites autoguidées. Au long du parcours (d’ailleurs, c’est le nom de l’application), il y a des affiches numérotées. Dans l’application, tu n’as qu’à cliquer sur ce numéro pour avoir plus d’informations. Intéressant, pratique, par contre, pour ceux qui n’étaient pas au courant ou qui n’ont pas de téléphone intelligent, ils ne voient que des affiches avec des numéros.

J’entends beaucoup d’oiseaux, mais j’en vois très peu. Un chant en particulier m’attire, mais, je ne peux pas voir l’oiseau. (Clique sur le clip audio ci-bas)

J’attends, je regarde, je suis le son… rien. Je le trouverai peut-être à un autre moment donné.

De retour a mon terrain de camping, je décide de quitter avant de manger. Je fais un petit détour à Saint-Louis-De-Ha-Ha, question de prendre selfie surtout pour ma nièce, mais aussi pour dire que j’étais à Saint-Louis-de-Ha-Ha. Sur Facebook, on m’informe que le nom de ce village vient du fait que quand les premiers colons sont arrivés à ce mont Saint-Louis, ils s’exclamèrent «AHHHH!!! AHHHH!!!» devant toute cette beauté. Intéressant lorsqu’on connaît l’historique des choses!

Maintenant je file vers Saint-Jean, Nouveau-Brunswick. Il ne fait pas beau cet après-midi. Je voyage sous la pluie. La route est plus longue que je le pensais. Je décide d’arrêter au Walmart de Fredericton pour la nuit.

Laisser une réponse»

Le calme après la tempête

joel : juillet 16, 2014 22 h 50 min : Road Trip 2014

Je me réveille ce matin au son d’un orage qui approche. Il est environ 6h. Je décide de tout ranger et de quitter Frédéricton pour me rendre à Saint-Jean. Alors que je m’apprête à partir, la pluie commence à tomber. Et ça tombe raide! Le temps de me rendre au centreville, environ 5 minutes, les rues sont recouvertes d’eau. Il y a d’énormes flaques d’eau. J’imagine que les Frédérictonnais sont un peu anxieux ce matin à voir cet orage envahir leur ville. Ils viennent tout juste de nettoyer les dégâts de la tempête tropicale Arthur!

Je veux m’arrêter au Tim Horton’s pour mon café matinal et un petit-déjeuner, mais, le restaurant est en rénovation. Je décide donc de me rendre au MacDo voisin. Après le petit-déjeuner, je me dirige vers Saint-Jean.

chutes_réversibles_p-01Le brouillard et la pluie m’empêchent de bien apprécier cette ville. Je visite un peu, me rends aux chutes réversibles et prends quelques photos. Je continue à visiter la ville, mais la pluie et le brouillard ne sont vraiment pas très plaisants. Je décide de trouver refuge au musée du Nouveau-Brunswick.

Au premier étage, il y a une exposition sur le passé naval de Saint-Jean avec des dioramas très complexes et très anciens, certains datant de la fin du XIXe siècle. Une salle est dédiée entièrement à la construction des bateaux.

Le deuxième étage présente plutôt l’histoire terrestre, avec un « twist » local présentant des fossiles et des roches qui viennent de la grande région de Saint-Jean.

Au troisième étage, il y a une exposition de courtepointes. Je n’y suis pas allé.

Après ma visite au musée, je trouve le terrain de camping du parc Rockwood. C’est un beau terrain presqu’au coeur de la ville. Après un souper au restaurant Lilly’s Café (poutine au homard), et une petite tournée de la ville en voiture, je retourne à mon terrain de camping pour me coucher. Demain, il devrait faire beau!

 

Laisser une réponse»

Le brouillard, toujours le brouillard!

joel : juillet 18, 2014 9 h 30 min : Road Trip 2014

Je me réveille dans un nuage… non non, pas dans ma tête! Le brouillard est épais ce matin. J’espère qu’il ne durera pas. Malheureusement, hier soir, lorsque je regardais mes photos de la journée, j’ai trouvé beaucoup de saletés sur le capteur de mon appareil-photo. Avant de partir, j’avais acheter un différent système de nettoyage et je ne le trouve pas très efficace. J’aimerais bien retrouver les bâtons de nettoyage que j’ai déjà utilisés. Je fais le tour de la ville à la recherche de ceux-ci (ou même d’un système de nettoyage du genre), sans succès. Avec l’avenue d’Internet et des magasins à grandes surfaces, les petits magasins photographiques spécialisés sont tous disparus de la ville de Saint-Jean. 🙁 Je décide de ressayer le nettoyage avec le système que j’ai, et, avec beaucoup de travail et de finesse, je réussi à nettoyer le capteur de façon adéquate. Ma journée peut donc commencer!

Je débute au centre-ville où il y a un festival d’amuseurs publics. Des australiens font des acrobaties, un homme joue l’égouine avec un grand talent.

Je décide d’aller faire une randonnée au parc Irving et je suis conquis! Ce parc présente une demi-douzaine de sentiers. Je décide d’en entreprendre quelques uns. Durant mon trajet, j’écoute. J’entends encore le chant de cet oiseau inconnu. Et encore, je ne peux pas le voir. Quel est cet oiseau?

J’entends aussi les vagues qui s’échouent sur la rive. Le son est tellement beau que je décide de le capter. (clique sur le fichier audio ci-bas pour te transporter aux rives de la baie de Fundy).

Après quatre heures de marche dans ces sentiers boueux (il a plu beaucoup dernièrement!), je suis épuisé. Je retourne à mon terrain de camping, souper, et me couche pour la nuit.

Alors que j’écris ce billet, je suis au Tim Horton’s à Saint-Jean, prêt à traverser la Baie de Fundy. Cet après-midi, je vais chez les acadiens de la Nouvelle-Écosse, à la Baie Sainte-Marie et ensuite, je cherche les noirs ciels du Parc Kejimkujik.

Laisser une réponse»

De baie en baie

joel : juillet 18, 2014 23 h 47 min : Road Trip 2014

À midi, je quitte la Baie de Fundy depuis Saint-Jean au Nouveau-Brunswick pour me rendre en Nouvelle-Écosse.

«Le vent de l’Acadie, c’est mon père
Dans mon père
Je peux tellement me voir
Je veux le remercier
Pour ce qu’il m’a donné» – Baie Sainte-Marie (Marcel Aymar, CANO)

Mon premier arrêt est le village de Meteghan dans la Baie Saint-Marie pour rencontrer Marcel Aymar, qui par coïncidence, vient d’arriver il y a quelques jours chez son père. Il m’accueille les bras ouverts et me fait visiter ce « petit coin de paradis sur la terre », comme le dit si bien son père, James Aymar. On se rattrape sur nos projets respectifs. Il me fait découvrir la râpure aux coques (que j’ai vraiment aimée!) et on prend une petit bière ensemble. C’est plaisant de rencontrer le père de Marcel. Que ce soit dans la chanson «Baie Sainte-Marie» du temps de CANO ou encore la piste «Paradis sur la Terre» de l’album Aymar, c’est évident que Marcel a la Baie Sainte-Marie, la terre de son père, sur son cœur, et je me sens choyé qu’il m’ait accueilli chez lui.

Après souper, je salue les Aymar et je visite un peu la région de Clare avant de me rendre au Parc National Kejimkujik, un très beau parc qui est considéré un des endroits le plus sombre en Amérique de Nord (parfait pour voir et prendre en photos le ciel étoilé). Malheureusement, je suis arrivé un peu tard et je ne connais pas assez bien les lieux pour explorer à la noirceur. Je tente quelques photos, sans succès. Je visiterai demain et j’espère rencontrer d’autres photographes qui aimeraient bien travailler ensemble pour cet art qu’est l’astrophotographie.

1 Commentaire »

Des sentiers et des étoiles

joel : juillet 19, 2014 23 h 37 min : Road Trip 2014

Ce matin, je me fais réveiller par des corneilles, et ça fait mon affaire. Je déjeune rapidement et décide d’explorer le merveilleux Parc National Kejimkujik. C’est un parc national ainsi qu’un lieu historique. Et depuis peu, c’est aussi une réserve de ciel noir.

C’est donc avec plein d’énergie que je quitte mon terrain de camping pour suivre quelques sentiers entretenus par le parc. On y retrouve des panneaux explicatifs à plusieurs endroits. Dans cette région régnaient les mi’kmaq jusqu’à l’arrivée des blancs qui ont défiché la terre et construit des fermes. Il n’y a presqu’aucune marque de ces fermes ici, la nature ayant repris son droit.

canot_p-01En marchant dans les sentiers qui sillonnent la forêt de pruches géantes et de hêtres espacés, je ressens l’histoire. Je peux presque voir les mi’kmaq en train de chasser le chevreuil dans ce sous-bois. Ou encore, en arrivant dans un champ, je peux voir un irlandais en train de défricher sa terre alors que sa femme apprête le souper dans leur petite maison au bout du champ. Sur un autre sentier, une rivière se déplace très lentement à travers la forêt. Comme c’est calme! Un couple en canot apparaît et je peux imaginer que c’est un guide mi’kmaq qui transporte des chasseurs américains venus à la conquête de la nature.

Après plus de 4 kilomètres de marche, je retourne à mon terrain de camping pour manger et dormir un peu. Il fait chaud et c’est accablant.

Avant souper, je retourne explorer les lieux.

À 20h, un auteur raconte des histoires des vieux guides et des travailleurs du bois. C’est intéressant, mais, il y a des longueurs. C’est censé terminer à 21h pour donner l’occasion aux gens de se rendre à la prochaine activité, à 21h30. Il est 21h15 lorsque j’entends au loin des chants autochtones… et le gars parle encore. Je quitte avant la fin parce que je veux absolument voir cette prochaine activité. C’est un cercle de tambours autochtone multination. Ils dansent, chantent et racontent un peu d’histoire. Ensuite, une employée du centre, experte en astronomie, raconte des histoires se reliant aux étoiles. C’est très intéressant, mais, malheureusement, la couverture nuageuse nous empêche de voir les étoiles. Je ne pourrai pas prendre en photos la voie lactée ce soir. Ce sera pour une autre fois.

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3, 4 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *