Road Trip 2014

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Keji bord de la mer

joel : juillet 20, 2014 21 h 31 min : Road Trip 2014

Encore une fois, l’alarme naturelle des corneilles me réveille vers 6h (clique sur la lecture ci-bas pour entendre le cri des corneilles de Keji). Ce matin, je me dirige à Kejimkujik sur le bord de la mer, une extension du parce que je visite depuis deux jours. Après 90 minutes de route vers ce lieux, j’entreprends une marche de plus de 5 kilomètres (aller-retour) qui m’amène au bord de la mer (le nom de l’endroit est bien choisi! 🙂 ).

Avant d’embarquer dans le sentier, je remarque une affiche qui dit qu’il y a un ours dans le coin. Bon! Ok… je prends ma bouteille d’eau en aluminium et fais du bruit avec celle-ci tout le long de la section de forêt. C’est un endroit idéal pour les ours. Des buissons courts, des plants de bleuets et d’autres petits fruits sauvages. J’arrive au bord de la mer sans avoir vu d’ours.

phoques_keji_p-01C’est magnifique. Le soleil est sorti, et voilà, devant moi, l’océan atlantique. Que c’est beau! L’eau bleu-vert est parsemée de petits rochers où se trouvent des groupes de cormorans, le cou étiré, sans doute pour observer les environs et réagir alors que des phoques viennent briser la partie. Sur un rocher plus bas et plus plat que les autres, il y a une bonne douzaine de phoques étendus au soleil. Ils bougent tellement peu que, pour un moment, on dirait qu’ils sont morts. Je regarde plus attentivement et bien non… ils sont bel et bien vivants.

Je marche sur le sable et sur les rochers pour bien apprécier le calme et la majestueuse nature qui m’entoure. Il y a très peu d’action près de la rive, alors, je prends quelques photos du paysage, et tente de prendre des photos des phoques qui sont juste un peu trop loin pour faire de belles photos.

Je retourne à mon Jeep et voyage jusqu’à Halifax où je prends un terrain de camping au Camping Shubie à Dartmouth avant d’aller souper à Bar & Grill centre-ville de Halifax. Demain, je visiterai Halifax.

Laisser une réponse»

L’histoire canadienne omniprésente à Halifax

joel : juillet 21, 2014 23 h 56 min : Road Trip 2014

Citadelle_p-01Ce matin, je débute ma journée en me blessant. 🙁 Après avoir fait mon lavage, j’enjambe une chaîne tendue pour me rendre à mon Jeep et ranger mon linge. Mon pied reste accroché sur la chaîne et je tombe par terre. Mon coude, mon épaule et mes côtes du côté droit reçoivent l’impact. Je me suis éraflé le coude et mes côtes et mon épaule sont endoloris. Je ne pense pas m’être fracturé quelque chose. Je me relève et remarque qu’un homme a tout vu, et tout ce qu’il fait c’est hocher la tête. Il n’est jamais venu voir si j’étais correct. De toute façon, ça ne m’empêche pas de visiter. J’aurai de la difficulté à lever mon appareil-photo, mais, je réussi tout de même à surpasser le mal (avec l’aide de Aleve).

Après ma douche, je « fais » le touriste. Je débute ma journée au Lieu historique nationale de la Citadelle – Halifax. C’est un fort de défense contre des attaques terrestres sur Halifax. Le port de Halifax était très bien gardé contre les attaques provenant de la mer. Un bateau qui aurait voulu attaqué Halifax aurait été accueilli par plusieurs couches de défense, étant obligé de suivre des canaux très étroits, empêchant des manœuvre d’évitement d’obus. Si un navire arrive au port de Halifax, c’est parce que c’est un allié. C’est pour ça que La Citadelle a été construite contre des attaques terrestres. Ce lieu historique est très bien organisé. Il y a une très grande équipe, habillée en costumes d’époque, qui sont là pour faire des démonstrations (le tir du mousquet, du canon), jouer la cornemuse et la percussion ainsi que pour faire des tournées des lieux. C’est très impressionnant. Fait intéressant : aucun coup de fusil ou de canon, autre que pour des exercices, n’ont étés entendus de l’intérieur de ce fort.

PeggysCove_p-01Une fois la visite terminée, j’embarque dans mon Jeep et circule un peu pour explorer la ville. Je décide donc de me rendre à Peggy’s Cove. Un phare et une communauté très pittoresques. Le phare est jonché sur le roc et entouré de grands rochers qui s’étendent pour au moins un kilomètre. Malheureusement, le phare est en réparation, donc, on ne peut pas y entrer. Par contre, je trouve une façon de prendre une série de photos sans touristes. J’explore les rochers. Il y a vraiment BEAUCOUP de monde ici. Je retourne dans le village. Les petites maisons de pêcheurs colorées parsèment le paysage. Il y a un bateau au milieu de la petite baie et un autre accosté à un quai dans cette même baie. Ça fait quelques belles photos de paysage. Un autre vieux bateau sur des roches avec une veille maison en arrière-plan. C’est une excellente journée de photos, même si ce n’est pas facile de lever mon appareil.

PêcheBrouillard_p-01Je quitte Peggy’s Cove pour retourner au port de Halifax et aller souper. Je trouve un pub irlandais qui a offre une soirée musicale par deux musiciens locaux, un à la guitare et l’autre au violon. Une bonne bière (ou deux), un excellent souper de « Clams and fries », un classique des pubs des maritimes et un excellent dessert. Ça termine ma soirée. Je pars du pub pour me rendre à mon terrain de camping, mais, le brouillard a envahi le port, ce qui donne de bonnes occasions pour d’excellentes photos à longues expositions. « L’éclairage a une texture », me dit une autre photographe qui circule sur les quais. Et c’est vrai.

Je retourne à mon terrain de camping, en douleur, mais très heureux de ma journée. Demain, le Cape Breton.

Laisser une réponse»

Chéticamp, le début du Cabot Trail.

joel : juillet 22, 2014 20 h 30 min : Road Trip 2014

Je me réveille ce matin, toujours en douleur, mais, c’est déjà beaucoup moins pire qu’hier. Aujourd’hui, je voyage. Je pars de Halifax pour me rendre à Chéticamp. C’est le début de mon aventure sur le Cabot Trail. Je prends la route 19, une route très scénique, qui me mène éventuellement à Chéticamp.

Il fait un beau soleil aujourd’hui. Il fait chaud. Je voyage donc avec le toit ouvert. Dans ma radio : Borlico, 1755, Suroît et d’autres. Je me sens bien. Un sourire spontané apparaît sur mon visage. Je suis comblé!

CabotTrail1_p-01Des montagnes majestueuses (un peu moins que les Rocheuses, j’en conviens) à droite et le fleuve Saint-Laurent à gauche. Le chemin sillonne des communautés de fermiers, de pêcheurs et de foresterie. Je m’arrête à quelques reprises pour bien voir ces paysages.

Arrivé à Chéticamp, on m’avait dit (au centre d’information du Cape Breton) que pour le coucher de soleil, il faudrait que je me rende au phare. Je trouve celui-ci mais, ce n’est vraiment pas beau pour des photos. Le phare est entouré d’une clôture, ce qui m’empêche de m’approcher. Tant pis. Je continue à explorer. Depuis que je suis arrivé en Nouvelle-Écosse, une chose qui m’a frappée est la couleur sur les maisons. Il y a des maisons colorées en Ontario, mais, pas comme ça. Des bleus profonds aux jaunes voyants en passant par le rose et le rouge, chaque maison a son charme.

Je m’installe à mon terrain de camping du Parc national de Hautes-Plaines-Chéticamp alors qu’un couple s’approche. « Hi », disent-ils. « Bonjour », de répondre. « Ah! Bonjour! Ça fait trois fois qu’on se retrouve dans le même terrain de camping cette semaine » me disent-ils. Eh bien oui! On a le même trajet. Ils sont partis de Trois-Rivières la même journée où je partais de Québec et ils ont remarqué mon Jeep à Saint-Jean NB, à Kejimkujik et maintenant, ici. Ils ont donc décidé de m’approcher ce soir. On va même prendre le traversier ensemble pour Terre-Neuve! C’est drôle comment les choses se passent dans la vie! J’ai hâte de passer un peu de temps avec mes nouveaux amis durant la longue traversée vers Terre-Neuve.

J’écris ses mots alors que le coucher de soleil se pointe derrière les arbres. Les nuages épais se sont installés et le soleil est disparu sans éclats.

Laisser une réponse»

Le majestueux Cabot Trail

joel : juillet 24, 2014 23 h 30 min : Road Trip 2014

Après un bon déjeuner et un arrêt au Tim Horton’s (pour le WIFI gratuit afin de mettre à jour mon blog), je quitte Chéticamp pour entamer le mythique Cabot Trail. Je sais qu’en français, on devrait dire la Piste Cabot, mais, il me semble que ça perd de son charme, de son mythe.

cabot_trail_p-01C’est difficile pour moi de décrire le paysage. C’est majestueux. D’un côté, les montagnes, de l’autre côté, le Fleuve Saint-Laurent. Le chemin sillonne le long des montagnes, descend au niveau de la mer et remonte au sommet en suivant les falaises qui plongent dans l’océan. À l’occasion, le chemin bifurque à l’intérieur où la dense forêt tapisse les monts et les vallées.

Je suis impressionné de voir les cyclistes qui se retrouvent partout sur le circuit. Je n’aurais certainement pas le courage de monter ces longues pentes à-pic, et encore moins les redescendre!

skylinetrail_p-01Ici et là, il y a un village de pêcheurs logé dans une petite baie. Je m’arrête pour entreprendre un sentier Skyline, un sentier de 7,4 kilomètres au sommet d’une montagne qui mène à un promontoire qui descend un peu. Au bout du promontoire, on voit bien le Cabot trail à la gauche et le golfe Saint-Laurent à droite. Le vent à cette altitude est intense. J’ai enlevé mon chapeau pour ne pas le perdre. Il faut vraiment s’ancrer pour ne pas partir au vent. C’est très impressionnant. Je vais monter un panorama pour tenter de démontrer le point de vue.

Je retourne à mon Jeep, remplis ma bouteille d’eau et continue mon chemin jusqu’au petit village Bay Saint Lawrence en arrêtant ici et là à des belvédères pour bien absorber la beauté majestueuse des hautes terres du Cap-Breton.

baysaintlawrence_p-01Je décide de demeurer à Bay Saint-Lawrence pour le coucher de soleil. Je rencontre un gars qui est aussi propriétaire d’un Jeep (le sien est orange) et il vient me piquer une jasette alors que je me fais à souper. Il a le même toit souple que moi, mais, il a eu de la misère à l’installer sur son Jeep à deux portes. En tout cas, on jase Jeep un peu. Il s’en va pêcher. Mais avant, il m’indique le meilleur endroit où prendre les photos du coucher de soleil. Je m’installe alors sur le quai du village en attendant que le soleil se couche. Un autre monsieur qui était sur le quai est venu me jaser pour un bon bout de temps. On a parlé chasse à l’orignal et pêche… deux sujets que je connais à fond! (vraiment pas!) Mais, il est intéressant et s’intéresse à mon voyage. Il attend un bateau qui devrait revenir avec les appâts pour la pêche du lendemain. Je commente que je suis impressionné de la grosseur des mouettes. Il part à rire, mais me dit que c’est un commentaire qu’il entend souvent. Ces goélands sont vraiment énormes! C’est une variété marine à dos noir avec une tache orange sur le bas du bec. Il les appelle « Hareng gull ». Ils sont gros et ont l’air fâché tout le temps.

Après au moins une heure d’attente, alors que le soleil s’apprête à se coucher, les nuages viennent encore gâcher le party. J’ai quand même eu quelques bonnes photos. Je retourne à mon Jeep et me rend à Dingwall et trouve un petit coin où passer la nuit.

ComfortStationJe me réveille très tôt le matin, espérant prendre des photos du lever de soleil, mais, maudits nuages!!! Eh bien, je continue le chemin. Ce matin, j’ai vraiment mal aux côtes, et ce soir, je prends le traversier vers Terre-Neuve. J’aimerais vraiment prendre une douche. Par coïncidence, je trouve une Station de confort (« Comfort Station ») à Neil’s Harbour. C’est un édifice municipal collé au poste de pompiers volontaires. Il y a une toilette pour les hommes et les femmes, des laveuses et sécheuses payantes et une douche payante. D’autres municipalités devraient offrir des stations comme ça.

Après ma douche, je trouve un restaurant et me commande une omelette aux fruits de mer (pétoncle, crevette et homard). Excellent!

Ce bout du Cabot Trail est un peu moins impressionnant et commence à être redondant. Village de pêcheurs suivi du chemin qui sillonne le golfe. Je décide donc de me rendre à North Sydney pour me reposer en après-midi et tenter de récupérer de ma blessure. Je me rends très tôt au terminus du traversier pour faire un peu de travail de photos et pour mettre à jour mon blog. À 21h, l’embarcation débute. Je trouve mon siège réservé au 9e étage du navire et m’installe pour la nuit. Lorsque le soleil se lèvera demain, je serai à Terre-Neuve.

Laisser une réponse»

Port aux Basques et les environs

joel : juillet 25, 2014 20 h 48 min : Road Trip 2014

Je me réveille ce matin et le navire vogue tranquillement sur la mer. La lenteur du bateau indique que nous sommes à veille d’arriver. Une annonce confirme ceci. Nous allons amarrer dans une soixantaine de minutes. Mon dos, mon épaule et mes côtes font vraiment mal ce matin. Je décide d’aller faire vérifier.

En débarquant du traversier, je trouve l’hôpital de Port aux Basques. Les rayons-x démontre que j’ai probablement une côte de fracturée. Le médecin va prendre plus de temps pour analyser les rayons-x pour confirmer la fracture. Je devrai l’appeler mardi prochain. Entre temps, je dois faire attention de ne pas trop exercer mon côté droit pour ne pas aggraver la situation. Je ne pourrai donc pas transporter toutes mes lentilles durant mes randonnées. Je devrai donc concentrer mes photos à des paysages et faire moins de photos d’oiseaux et d’animaux.

Phare_Rose_Blanche_p-01En quittant l’hôpital, je vais faire un tour à Rose Blanche où il y a un phare. Lorsque j’ai passé en 2010, celui-ci était en rénovation. Je trouve ce beau petit phare, rénovation terminée. Il est superbe, tout en pierre. Le sentier pour s’y rendre est facile. Je fais le tour du phare, lis les affiches explicatives et prends des photos.

Pendant le chemin de retour vers Port aux Basques, je décide de prendre une chambre d’hôtel pour le reste de la journée et pour la nuit et tenter de récupérer un peu. Prendre une petite vacance de mon voyage.

Dans ma chambre, je prends le temps de retravailler des photos. Je me repose et ça fait du bien.

Laisser une réponse»

En suivant la route des Français.

joel : juillet 26, 2014 21 h 27 min : Road Trip 2014

Je suis vraiment heureux d’avoir pris une chambre d’hôtel hier soir; mon dos et mes côtes font beaucoup moins mal. Ce matin, je fais la grâce-matinée (oui, oui… 7h c’est tard!) et je prends le temps de bien déjeuner et d’organiser des choses avant de quitter Port-aux-Basques.

Ma destination? Grand’Terre. Un petit village francophone dans la péninsule de Port-au-Port. J’ai entendu dire qu’il y avait un festival bilingue aujourd’hui. Ça tombe bien!

pluvier_p-01Mais avant d’arriver là, j’arrête au Parc Provincial J.T. Cheeseman, l’endroit où j’ai pris mes photos du sterne pierregarin qui pêche et attrape un poisson. Ça a bien changé en quatre ans. En 2010, il y avait une plage interdite pour protéger les pluviers siffleurs, un type d’oiseau menacé qui fait son nid dans les dunes de sables près de la mer. Cette fois-ci, c’est indiqué de faire attention de ne pas marcher sur ces dunes, mais, l’interdiction a été levée. Je m’aventure donc à trouver ces belles petites bêtes. Et j’en trouve plusieurs sur la plage. Pas plus grand qu’un chardonneret, le pluvier siffleur a par contre de grandes pattes et un long bec. Un pygargue à tête blanche (aigle à tête blanche) vole au loin. Et j’en vois un deuxième. Je me rapproche tranquillement des pluviers siffleurs ainsi que du lieu où j’ai vu les aigles. Je réussi à prendre plusieurs photos des pluviers, mais, les aigles ne sont pas revenus.

Je retourne à mon Jeep et continue mon chemin vers la péninsule de Port-au-port. Le paysage est à couper le souffle. De grandes falaises tombent dans l’océan et le chemin sillonne par les monts et les vallées. C’est un peu comme la cabot trail, mais, différent. Je passe par Cape Saint-Georges et arrive un peu plus tard à Grand’Terre (Mainland). Ce village a deux noms, un en français et un an anglais.

coucher de soleil stephenville-01Je trouve le festival. Il vente, j’en perds même le chapeau (que je rattrape à la course). Sur l’estrade défile, l’un après l’autre, des élèves qui jouent l’accordéon avec brio! C’est l’fun de voir ces jeunes s’intéresser à la musique traditionnelle. J’avais communiqué avec les organisateurs pour voir si je pouvais avoir accès à Internet quelques minutes et ils ont gentiment accepté. Je communique donc par Skype au chalet des Whissell où la «Paquetterie» s’est réunie pour la traditionnelle épluchette de blé d’indes annuel. C’est de valeur, je manque ça cette année. Au moins, j’ai pu y participer un peu de façon virtuelle.

Pour le coucher, ce soir je suis à Stephenville, une ville assez grande, au bord de la mer, qui a même un aéroport international. Il y a une promenade qui longe la mer et c’est là que je m’installe, avec d’autres voyageurs.

Demain, Gros Morne!

Laisser une réponse»

Des retrouvailles

joel : juillet 27, 2014 21 h 50 min : Road Trip 2014

Je me réveille tôt ce matin et me dirige vers le parc National du Gros Morne, un endroit que j’ai déjà visité, mais, qui est tellement grandiose que je décide de revoir. Mais avant, je me rends à Corner Brook, espérant trouver un kit pour nettoyer le capteur de mon appareil-photo. Encore une fois, aucun magasin d’équipement photographique n’existe ici. Je continue donc mon chemin et arrive au Tablelands.

tablelands-01Surprise! Je retrouve mes amis de Trois-Rivières qui arrivent là justement. Alors, nous prenons le sentier ensemble. C’est toujours aussi impressionnant ce vestige du manteau terrestre qui est demeuré à a surface après la dérive des continents. Une fois la randonnée terminée, nous nous quittons encore une fois. Peut-être nous allons nous revoir avant la fin de notre voyage.

baleine-01Entre les Tablelands et Lobster Cove, je vois la première baleine de mon voyage, au loin. Je réussi à prendre une photo de sa dorsale. Je continue passé Gros Morne pour me rendre au phare de Lobster Cove. Encore une fois, un endroit prisé de mon voyage de 2010. Je prends quelques photos du phare et je descends sur la rive pour marcher un peu au niveau de la mer. J’aime toujours le son des vagues et la fraicheur du vent. Le vent, qui d’ailleurs m’accompagne depuis mon arrivée à Terre-Neuve. J’ai perdu mon chapeau deux fois aujourd’hui. Il vente, mais une autre constante est aussi le soleil. Il fait toujours très beau.

En quittant Lobster Cove, je décide que je dois trouver un endroit près de la mer pour me faire à souper. Je trouve un arrêt avec des abris et je me prépare mon épluchette de blé-d’inde à moi. Je prends des photos de mon repas que je mettrai enligne la prochaine fois que j’aurai accès à Internet. J’enregistre même une vidéo de moi qui chante « Dimanche après-midi » de CANO, une chanson que j’ai souvent chantée avec la paquetterie. Donc, à ma façon, j’ai participé à l’épluchette de blé d’inde annuelle.
Le coucher de soleil est très beau ce soir, enfin presque. Le soleil descend tranquillement au-dessus de l’océan. Il y a quelques petits nuages, ce qui ajoute à la couleur du coucher. Par contre, une quinzaine de minutes avant que le soleil arrive à l’océan, il y a comme un épais brouillard à l’horizon. D’ailleurs, depuis quelques jours, j’ai remarqué que le ciel est toujours un peu voilé. Et selon les nouvelles de Radio-Canada, ce serait la fumée des grands feux de forêt en Colombie-Britannique et en Ontario. La fumée, ça voyage très loin!

Je décide que c’est terminé, embarque dans le Jeep et continue mon chemin un peu pour trouver un petit coin où dormir. Le ciel étant clair ce soir, je vais tenter de faire de l’astrophotographie durant la nuit.

Laisser une réponse»

Épave, fjords et glacier sur la route des vikings

joel : juillet 28, 2014 21 h 29 min : Road Trip 2014

ssethie-01Ce matin, je réalise que je suis sur le site de l’épave du SS. Ethie, un bateau à vapeur qui s’est échoué le 11 décembre 1911. Avoir su! Je serais venu ici pour le coucher de soleil hier soir. Hey bien! On ne peut pas tout avoir. De gros morceaux des moteurs ainsi que des petits morceaux du navire parsèment la rive rocailleuse. Le contraste entre le fer rouillé, le bois pourri et les pierres arrondis par la mer est très intéressant.

westernbrookpond-01Je déjeune sur place et me dirige vers Western Brook Pond où, en 2010, je n’ai pas pu prendre le bateau pour découvrir les fjords à cause de brouillard. Ce matin, il fait très beau (encore une fois!). En me préparant pour prendre le sentier, j’entends un petit kaxon sur la route. C’e sont mes amis de Trois-Rivières qui passent dans leur Westfalia. Je prends le sentier de 2,7 kms pour me rendre au bateau, paie mon entrée et je suis témoin, encore une fois, d’un paysage grandiose, gravé par les glaciers. De chaque côté du bateau, les montagnes dominent le paysage. Des côtes très à pic montent très haut dans le ciel. Il y a des vallées flottantes (des vallées gravées par les glaciers qui sont plus haut dans les montagnes et ont donc l’air de flotter au dessus de nous). Il y a aussi des chutes. Le guide nous indique que les troupeaux de caribou traverse le fjord vers la fin de l’hiver pour se rendre de l’autre côté. Ils sont des grimpeurs ces caribous! Je suis vraiment émerveillé.

glacier-01Je quitte ce lieu pour me rendre à Saint-Anthony, 4 heures plus loin dans le Nord. En chemin, je croise la Westfalia qui revient sur ses pas. J’explore la petite ville de Saint-Anthony (pour les gens de Timmins et Sudbury et Ottawa… et du Québec… vous n’avez pas vu des nids de poules avant de voir les crevasses des rues de Saint-Anthony!) Je me dirige vers le phare de la ville et, pas très loin derrière lui, un énorme glacier flotte dans la mer. Une fois les photos prises, je me rends à un terrain de camping et m’installe pour la nuit.

Laisser une réponse»

Au pays des vikings?

joel : juillet 29, 2014 23 h 24 min : Road Trip 2014

anseauxmeadows-01L’Anse aux Meadows est un Site national historique de Parcs Canada. C’est aussi un site protégé par l’UNESCO pour son importance archéologique et pour l’histoire de l’humanité. Pourquoi? Parce que des vikings ont occupé un petit territoire pendant, on pense, seulement qu’une dizaine d’années, il y a de ça 1000 ans. Impressionnant? À première vue, je dois dire que la géographie de l’endroit est très intéressante. Je ne suis jamais allé en Islande ou au Groenland, mais, c’est exactement comme ça que je les imagine. Très rocailleux, mais très vert aussi. Pas beaucoup d’arbres et ceux-ci sont très courts. Il y a aussi de grandes plaines et de grandes tourbières. En arrière-plan, on retrouve de grandes falaises qui plongent dans l’océan.

J’entre dans le centre d’interprétation et m’installe avec seulement deux autres personnes pour la version française d’un documentaire qui parle de l’historique de l’Anse aux Meadows (la salle du côté anglais est bondée). Le filme débute et je reconnais le narrateur. C’est Pierre Simpson, un comédien franco-ontarien qui fait du théâtre, de la télé, et, ça bien l’air, du documentaire! On y retrace le déplacement des humains depuis notre origine commun en Afrique. Et c’est ici où l’histoire devient intéressante. Il n’y a pas vraiment de preuve de ceci, mais, pendant 10000 ans, les humains ont conquis la terre en migrant d’un continent à l’autre jusqu’au pays scandinaves et au Nord du Canada. Lorsque les vikings ont décidé de traverser jusqu’à l’Anse aux Meadows, ils auraient tout probablement rencontré les autochtones du coin, ainsi bouclant la boucle. Selon l’histoire et les grandes épopées scandinaves, l’Anse aux Meadows aurait été un simple camp de base, un endroit de passage entre les saisons pour les vikings. Les confrontations entre eux et les amérindiens du temps (qui étaient évidemment beaucoup plus nombreux) seraient la cause du court séjour des vikings. Par contre, il n’y a pas de preuve de bataille sur le site.

Parcs Canada a reconstruit quelques bâtiments en utilisant les techniques que les vikings auraient utilisé à l’époque.

Une fois la visite terminée, je décide de retourner à Saint-Anthony pour dîner au Tim Horton’s et communiquer avec le médecin de Port-aux-Basques pur apprendre que je n’ai pas de côte fracturée. Il a réexaminé le rayon-x et n’a rien trouvé.

Bien heureux de ça, je décide de voyager vers le sud.

caribou-01Il vente et il vente et il vente! C’est parfois même difficile à contrôler mon Jeep. Tout-à-coup, un orignal sort du bois et traverse juste en avant de moi. Ça me surprend mais ce n’est pas surprenant. On dit qu’à certains endroits sur l’île, il y a 4 orignaux par kilomètre carré.

PharePointeRiche-01Un peu plus loin, je m’arrête pour prendre un panorama d’un grand terrain plat, parsemé de rocher et de verdure. C’est en fait, un peu la toundra ici. Il y a si peu de circulation que je me place en plein milieu de la rue pour prendre 360 degrés de photos.

Je continue pour quelques centaines de kilomètres et j’arrête à Port-au-choix, là où j’ai passé ma première nuit à Terre-Neuve en 2010. J’y retrouve le beau phare de Pointe Riche. Au loin, deux caribous. Je réussi finalement à prendre de bonnes photos de ces belles bêtes. Je décide de passer la nuit à l’ombre du phare.

Laisser une réponse»

Journée de transition

joel : juillet 30, 2014 21 h 40 min : Road Trip 2014

icebergTwillingate-01Ce matin, je me réveille à l’ombre du phare. Le vent a soufflé presque toute la nuit et il souffle encore. Par contre, le ciel était clair durant la nuit et je me suis lever pour tenter encore de faire une belle photo du ciel étoilé… sans succès. Je dois pratiquer davantage cette technique!

En quittant les lieux, je vois deux orignaux sur le flanc de la colline. Je crois que c’est une vache et son petit. Ils courent.

PhareTwillingate-01Affamé, je décide d’aller déjeuner à un restaurant de Pointe-au-choix avant de quitter. Aujourd’hui, c’est une journée de transition. Je voyage de la côte ouest de Terre-Neuve pour me rendre dans le Nord (au centre) de l’île. Je pensais arrêter à Lewisporte mais décide de continuer jusqu’à Twillingate. En arrivant au terrain de camping, je vois un iceberg dans la petite baie et un peu à sa droite, un autre très petit iceberg (sans doute un morceau du gros qui s’est détaché). Et à l’horizon, il semble y en avoir un ou deux autres.

C’est l’anniversaire de ma mère aujourd’hui! Bonne fête maman! Je l’appelle avec skype. Je la joins au restaurant. Elle célèbre sa fête avec « la vieille gang » (ses amis de longue date).

Je fais mon lavage, visite un peu, va voir le phare et tente de prendre de bonnes photos du coucher de soleil, mais, encore une fois, le coucher a l’air parfait et pouf! le soleil disparaît sans éclat.

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3, 4 »

Laisser un commentaire