Road Trip 2014

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La côte Est de l’IPE

joel : août 11, 2014 22 h 51 min : Road Trip 2014

phare-01Aujourd’hui, je décide de suivre un trajet touristique selon la documentation que j’ai ramassé hier. Le chemin suit la côte. Je trouve quelques phares.

Je passe aussi à côté de grands champs de pommes de terre, de maïs et de toutes sortes de récoltes.

C’est grandiose. La terre rouge et l’océan sont ce qui différencie ces champs des champs de l’ouest canadien.

Jhomarde m’arrête à un petit casse-croûte sur le bord de la route. Ils vendent des «Lobster rolls» et des homards déjà cuit. C’est comme un chip stand, mais, pour du homard! 🙂 Il y a aussi un magasin qui vend des livres de recettes et des conserves du Chef Micheal Smith. Je suis déçu d’apprendre qu’il n’a plus de restaurant à l’Île-du-Prince-Édouard.

Je continue mon chemin et visite une distillerie qui fabrique du vodka (à la patate, aux bleuets), du gin et une petite variété de whisky. Très intéressant. Avec la visite, je peux déguster deux de leurs produits. Je choisis le vodka à la patate et le rye. Deux excellents produits. J’essaie aussi le vodka aux bleuets. J’aime moins ça. J’achète une bouteille de vodka à la patate et reprends le chemin.

J’arrive à une plage. C’est très beau ici. Et vaste!

superlune-01Un peu plus loin, le Parc National de l’Île-du-Prince-Édouard. Malheureusement, le coût pour un terrain de camping avec aucun service est trop élevé à justifier. Je trouve un terrain de camping privé un peu plus loin et m’installe. Pour souper, des huîtres fraîches, des moules fraîches dans une sauce au vin blanc, du blé d’inde et des patates… tous de l’Île-du-Prince-Édouard. Mmmm!

Je termine ma journée à prendre en photos la superlune!

Laisser une réponse»

Le vent souffle sur les étoiles filantes

joel : août 13, 2014 2 h 17 min : Road Trip 2014

eolienne-01Je suis maintenant rendu du côté ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. J’explore toujours. Il y a vraiment une différence dans les régions de l’île. Dans l’est, on dirait que la mer est plus présente, mais les grands champs dominent le paysage. Dans l’ouest, c’est un peu le contraire. Il y a quand même des grands champs, mais, on dirait que la mer prend le contrôle. Je ne peux pas expliquer pourquoi.

J’arrive au sommet de l’IPE, à Tignish. À la toute pointe, il y a un laboratoire en quelque sorte pour l’énergie éolienne. D’immenses éoliennes sont enlignées comme des soldats qui protègent l’île. En observant davantage, je constate qu’il y en a de différentes grandeurs, d’où l’idée du laboratoire, j’imagine.

armeedinukchuk-01Je sors mon appareil-photo mais, je ne trouve pas mon chargeur qui a aussi ma bonne batterie (j’ai trois batteries, deux de Canon qui commencent à montrer leur âge en ne gardant pas la charge pour très longtemps, mais encore bonnes pour dépanner et une autre d’une marque générique qui dure beaucoup plus longtemps). Je fouille PARTOUT dans mon Jeep et ne les trouve pas. Je prends mes deux autres batteries et mon appareil-photo et visite les lieux un peu. Je dois être encore endormi et ne vois pas les choses comme il faut. Je vérifierai plus tard, lorsque je serai plus réveillé.

Sur les lieux, il y a un centre d’interprétation, un restaurant et un magasin de souvenirs. Je dois dire que l’Île-du-Prince-Édouard est TRÈS touristique! Derrière l’édifice, il y a un petit phare et une plage de terre rouge. La plage est recouverte de petits Inukchuk. Avec la terre rouge et la mer bleu, les couleurs sont frappantes.

Je retourne à mon Jeep pour aller chercher ma bouteille d’eau et je me souviens que j’avais mis mon chargeur sur mon pneu de rechange ce matin. Je ne me souviens pas de l’avoir enlever de là. J’ai donc dû le perdre soit dans le terrain de camping ou sur la route. N’ayant pas de magasin d’appareil-photos sur l’Île-du-Prince-Édouard (les magasin d’électroniques comme Futureshop n’ont pas cette batterie parce que c’est de la veille technologie… de 5-6 ans. – Et oui, j’ai vérifié), je devrai attendre à Moncton pour m’en procurer une autre.

C’est impressionnant l’échelle des éoliennes. J’en avait déjà vues mais jamais de si près.

phareCapEgmont-01Je retourne vers Sommerside pour aller souper.

superlune-01Je décide après souper de me trouver un coin où stationner pour la nuit. Un autre phare serait l’idéal, surtout que c’est le temps des perséides et d’une superlune et en plus, il n’y a presque pas de nuages. Ce soir, troisième tentative de photos d’étoiles. Je trouve le phare du Cap Egmont. En prenant des photos du phare au coucher de soleil, un autre véhicule arrive. Une petite famille. Le père semble être photographe. Il n’est pas très jaseur. Il prend ses photos, jusqu’au coucher du soleil et quitte. Je continue à prendre des photos parce que souvent, la meilleure lumière et les meilleures couleurs apparaissent après le coucher du soleil.

Une autre voiture arrive. Deux femmes un peu plus âgées sortent du véhicule et se dirigent vers moi (j’étais bien placé pour voir le plus de ciel possible en attendant les perséïdes). Elles sont là aussi pour voir ces étoiles filantes. La lune se lève et encore une fois, elle est superbe! Je jase un peu avec les deux femmes et on s’installe pour observer les perséïdes. Je comprends de l’une d’elle qu’il y a un gros problème de pesticides qui se développe sur l’IPE. Tout en gardant un oeil constant vers le ciel pour ne pas manquer les étoiles filantes, on jase de tout et de rien. C’est vraiment une belle façon de passer une partie de la nuit. Malheureusement par contre, je réussi à prendre seulement qu’une étoile filante en photo, et celle-ci est vraiment sans intérêt. Eh bien! Je laisse mes comparses et m’installe pour la nuit.

Laisser une réponse»

De l’Acadie aux Premières nations

joel : août 13, 2014 22 h 39 min : Road Trip 2014

village musical acadien-01Un autre matin à l’ombre d’un phare. Durant la nuit, les étoiles perséïdes ont présenté un spectacle sobre et sans grands éclats.

Une tasse de café faite sur le capot de mon Jeep et quelques œufs à coq dans le corps, je voyage quelques minutes pour aller découvrir le nouveau Village musical acadien.

C’est un petit complexe de quelques bâtiments qui hébergent une galerie de peintures et de photographies, une estrade pour l’animation musicale, un temple de la renommée d’artistes acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard (Saviez-vous que Angèle Arsenault vient de Abrams-Village? J’ai toujours pensé qu’elle venait de la Nouvelle-Écosse.), et une salle d’ateliers autodirigés pour apprendre de la danse folklorique ou du violon avec des écrans. Il y a aussi un restaurant, une petite boutique d’artisanat et une boulangerie.

J’arrive à temps pour le premier spectacle de la journée. C’est une belle variété de musique avec d’excellents musiciens. Le violoneux (un jeune de peut-être 20 ans) joue aussi du piano et de la guitare. À un moment donné, il a joué un reel de violon à la guitare. C’était vraiment impressionnant!

Une fois leur court spectacle terminé, le groupe de spectateurs s’est divisé en deux pour soit écouter des contes ou des histoires musicales. Il y avait des anglos dans la salle, donc, le groupe s’est divisé anglos d’un bord et francos de l’autre. J’ai donc écouté des contes d’une dame dont j’oublie le nom.

pont de la confédération-01Après dîner (un bon dîner traditionnel avec du fricot au poulet, de la râpure, du pâté à la viande et du blé d’inde lessivé et pour dessert, de la poutine à trou), je retourne à l’estrade où il y a un autre spectacle. Je remarque sur scène que je reconnais un musicien qui s’est rajouté au groupe. C’est celui qui avait fait l’autre atelier. Aussitôt qu’il commence à chanter, je réalise que c’est FAYO! Un artiste acadien qui avait fait la tournée des écoles et des centres culturels il y a quelques années. J’aime beaucoup sa musique, d’ailleurs, Marcel Marcotte et moi avons interprété une de ses chansons à quelques reprises. Après le spectacle, je vais lui parler et nous jasons une bonne demi-heure sur l’état de la musique acadienne et franco-ontarienne. Il est arrivé sur l’Île-du-Prince-Édouard il y a quelques années et aime bien ça. Je le salue et décide de continuer mon chemin.

Je me dirige vers Charlottetown. Ce soir, il y a une série de spectacles dans le cadre des festivités du 150e anniversaire de la Confédération. Mais avant, le chemin me mène tout près du Pont de la confédération. Quelle merveille de ingénierie!

J’arrive à Charlottetown alors que le soleil se couche. Je n’aurai malheureusement pas le temps d’explorer cette ville. Je me dirige vers le spectacle. C’est un pow wow amérindien aujourd’hui. Il y a un groupe de blues sur la grande scène. C’est le The Gary Sappier Blues Band. Ils sont très bons. Après eux, Buffy Sainte Marie monte sur scène. Je dois admettre que je ne connais pas la musique de cette artiste autochtone, mais, son nom est légendaire. J’ai hâte de la voir sur scène même si je ne la connais pas vraiment. Après la première chanson, je quitte. Je ne comprends vraiment pas l’attrait. Elle semble avoir une voix finie, malheureusement. Je ne sais pas si elle a toujours eu cette voix fébrile et cassée, mais, je n’aime vraiment pas ça.

Je me dirige au Walmart pour voir s’il y a des roulottes de stationnées pour la nuit (selon le site de Allstays, ce Walmart ne permet pas le camping). Il n’y en a pas, mais, dans le stationnement du Home Depot voisin, il y en a 3-4. Je m’installe à côté de l’une d’elle.

Laisser une réponse»

De la confédération à la célébration

joel : août 15, 2014 2 h 30 min : Road Trip 2014

rosairevilleMon voyage arrive à sa fin. Il me reste que quelques jours. Je quitte l’Île-du-Prince-Édouard en direction de Caraquet où j’ai hâte de vivre mon premier 15 août en compagnie de nombreux acadiens. Cette année, c’est le Congrès Mondial Acadien qui se déroule dans les régions de Grand Sault, Edmunston, Madawaska (Maine) et Témiscouata (Québec). J’aimerais bien y aller, mais, c’est un bon détour. Je vais certainement m’amuser à Caraquet, lieu de grands festivités à chaque occasion du 15 août.
Avant d’arriver à Caraquet, je vise faire quelques arrêts. Un genre de pèlerinage musical acadien. Premier arrêt, Moncton (moins pour le pèlerinage que pour m’acheter une batterie pour mon appareil-photo). Tout de même, je passe par la rue Dufferin (1755!). Ça fait quelques fois que je visite cette ville. Ne voulant pas arriver trop tard à Caraquet, je continue mon chemin sans visiter.

neguacUn peu plus loin, je fais un petit détour qui n’est pas évident. Je manque la sortie mais mon GPS me dirige un peu plus loin. J’entre dans ce qui ressemble à une vieille subdivision. Les vieux chemins tout cassés me font penser aux chemins de Argentia. Je ne sais pas ce qu’il y avait ici avant, mais, au fond, il y a des édifices à appartement et des maisons. Encore une fois, mon GPS me fait défaut. Je tourne en rond sur ces chemins. Mon GPS me pointe vers un sentier étroit pour les petits 4 roues. Ça a peut-être déjà été un chemin, mais, plus maintenant. Je ne m’aventure pas ici. Je tourne de bord et reviens sur la grande route pour retrouver ma sortie.

becasseau-01Après une douzaine de kilomètres sur chemin pavé, mais accidenté, je vois une affiche un peu cachée par les branches d’un arbre. Je suis rendu à Rosaireville, ville native de Lisa Leblanc, une artiste acadienne que j’ai découvert il y a quelques années à Sudbury durant un spectacle organisé par La Slague. C’était Lisa Leblanc qui ouvrait pour Bernard Adamus! TOUT UN SHOW! Je ne connaissais pas ces artistes avant ce soir-là, et maintenant, ce sont deux de mes artistes fétiches! Lisa parle souvent en spectacle de son petit village de 51 personnes. Je fais le tour très rapidement de ce petit village. Je n’y vois que quelques maisons. Elle n’exagère pas du tout lorsqu’elle parle de son lieu de naissance!
swingUn peu plus loin, je retrouve un petit coin que j’avais découvert durant mon voyage en 2010. L’Île au foin, près de Néguac, est une petite île qui contient 6 écosystèmes et donc une variété de faune et de flore. Malheureusement, il vente fort aujourd’hui et c’est couvert. Il n’y a pas grand mouvement sur l’île. Je trouve tout de même des bécasseaux et quelques canards.

J’arrête aussi à l’affiche de Néguac, en l’honneur de la chanson «Néguac and back» du groupe acadien Les Hay Babies.

Je file ensuite vers Caraquet où je rencontre une amie originaire d’ici mais qui demeure à Ottawa depuis plusieurs années. Ses parents (qui demeurent eux aussi à Ottawa depuis un certain temps mais qui reviennent à Caraquet à chaque été) ont bien généreusement accepté de me laisser stationner mon Jeep dans leur cours. Je suis heureux qu’ils m’offrent à souper ce soir. Ensuite, je me dirige vers le Carrefour sur mer où se déroule le spectacle de Swing suivi de Danny Party (Danny Boudreau qui fait un spectacle de party). Un excellent spectacle. Je dirais que nous sommes environ 700 dans la grande salle. À minuit, le spectacle de Danny Party débute avec la chanson «Réveil» de Zachary Richard. Une superbe façon de débuter mon premier 15 août à Caraquet!

Ayant bien dansé et bien bu, je me rends à mon Jeep vers 2h pour me coucher dans le stationnement du Carrefour sur mer.

Laisser une réponse»

Mon premier 15 août

joel : août 16, 2014 2 h 40 min : Road Trip 2014

animateursvillageacadien-01C’est le Village historique acadien qui m’accueille pour débuter ma journée. Ils offrent un brunch accompagné d’un spectacle pour débuter. Animé avec brio par deux hommes comiques habillés dans des costumes d’époque. Au début, une femme raconte l’histoire de l’origine de l’Acadie et surtout de l’origine du 15 août comme étant la Fête nationale acadienne. S’ensuivent des artistes variés. On entend du violon, de l’accordéon, de la claquette et surtout de belles voix!

vilageacadien-01Je m’embarque ensuite dans la visite du village mais avant, je m’achète un parapluie puisque les nuages se sont formés et menacent de laisser tomber leur gouttes. D’ailleurs, il a plu durant toute ma visite.

C’est tout une expérience de visiter le village. L’illusion est vraiment complète. Autre que les autres visiteurs, on se sent comme si on est vraiment retourné dans le temps. Les interprètes, habillés selon l’époque qu’ils représentent fabriquent véritablement des objets (de la laine, du fil de lin pour fabriquer du matériel, les barils, etc…) tout en expliquant l’origine de la maison ou de l’édifice où ils sont placés. Plusieurs des édifices sont des reproductions d’un édifice qui a vraiment existé tandis que d’autres sont l’édifice original.

Ce qui ajoute au réalisme sont les calèches tirés par des chevaux qui apparaissent à l’occasion sur les chemins du village.

tintamarre-02La pluie commence à être vraiment forte. Le vent brise mon nouveau parapluie. Je suis tout mouillé. Je tente de protéger mon appareil-photo autant que je peux. J’arrive au temps plus moderne mais le village ferme tôt aujourd’hui et de toute façon, je suis écoeuré d’être mouillé. Donc, je retourne à mon Jeep et chez mes amis pour me changer.

Un peu avant 18h, on se dirige sur la rue principale de Caraquet pour le tintamarre. Au début, la pluie semble s’être éloignée, mais, peu de temps après, c’est le déluge! J’estime que nous sommes environ 5000 au début, mais ce nombre diminue rapidement. Comme premier tintamarre, c’est assez spécial! Les gens sont mouillés (et moi aussi!) mais continuent à marcher et à faire du bruit. Il y a un bateau sur roue qui défile et qui joue de la musique. Plusieurs costumes impressionnants, dont une sculpture d’au moins 12 pieds de haut. Étant encore tout mouillé, je retourne chez mes amis et me change encore une fois. Je n’ai presque plus de linge de propre.

C’est le groupe Quimorucru qui débute la soirée. Ces Québécois de la baie des chaleurs ont beaucoup en commun avec les acadiens de Caraquet. Ils sont plein d’énergie et réchauffent la salle très rapidement. Comme tête d’affiche, Bois-Joli met le party dans la place. Nous sommes certainement plus de 1500 personnes dans la place. Peut-être pus près de 2000. C’est difficile de se rendre au bar pour se prendre une bière. Et il y a une lignée pour la salle de toilette des hommes!

La fatigue commence à s’installer. Je vais m’acheter une portion de coques frites avant de me coucher, encore au stationnement du Carrefour sur mer.

Laisser une réponse»

L’Acadie à travers les temps…

joel : août 16, 2014 23 h 27 min : Road Trip 2014

C’est un peu long ce matin pour démarrer. Deux soirs de fête comme ça, c’est dur sur le «canayen». Mon corps ne me permet pas de faire ça trop souvent, mais, je suis en vacances.

villageacadien-02J’ai su hier que le bracelet du Village historique Acadien est bon pour deux jours. Je décide donc d’y retourner puisqu’il ne pleut pas ce matin (quoiqu’il y a des nuages qui menacent). Je suis vraiment heureux d’y retourner. Je débute où j’ai terminé hier. Il y a un édifice, qui était une homarderie, qui présente une exposition de photographies locales. Il y a une quarantaine de photos ayant comme sujets des cages à homards, un râteau à foin, la neige, le coucher de soleil, les personnages et le drapeau acadien. C’est une exposition de très haute qualité.

La deuxième partie du village se déroule au début des années 1900. Il y a de l’électricité (pour l’éclairage seulement), plus de finition dans les maisons (peinture, cadres de fenêtres et de portes). En visitant l’hôtel Château Albert qui est un hôtel fonctionnel. Dans l’entrée de l’hôtel, il y a un vieux piano. L’interprète qui est là me raconte l’historique et me demande si je joue au piano. Je lui répond «Un peu». Elle m’invite à jouer. Pourquoi pas? Je joue quelques extraits de morceaux et constate qu’un petit public de 3 interprètes de l’hôtel s’est installé pour m’écouter. C’est cool.

photoDans la prochaine maison, j’arrive à la fin du dîner de l’interprète. (Les interprètent mangent des mets traditionnels qu’ils cuisinent à même les poêles à bois traditionnels. S’il y a des restes, ils en offrent aux visiteurs. Je suis un des chanceux élus et on m’offre un pointe de pâté aux légumes d’hiver (carottes, patates, navets, porc, herbes salées), une tasse de thé et une tranche de pain avec mélasse.

Je suis vraiment heureux d’être retourné au Village acadien aujourd’hui mais c’est le temps de poursuivre mon voyage. je devrais longer la Baie des Chaleurs et me rendre tranquillement vers Matane où je vais visiter mon oncle Guy.

Mais avant, je fais un petit détour obligé à Paquetville pour prendre une photo de l’affiche de la ville. Et tant qu’à être là, je dîne au restaurant La Crêpe Bretonne. Miam!!!!

arcenciel-01
En quittant, je mets à jour mon statut Facebook. Quelques minutes plus tard, un message apparaît m’incitant à me rendre au megaspectacle de Les Hay Babies, Radio Radio et Lisa Leblanc à Grand-Sault, Nouveau-Brunswick dans le cadre du Congrès Mondial Acadien. Comme je l’ai dit plus tôt, c’est tout un détour et je n’avais pas l’intention d’y aller. Je calcule ce que ça veut dire… 300-400 kilomètres de plus? Ah! Pourquoi pas? Je change donc mes plans. Envois un message à mon oncle pour lui dire que j’arriverai quelques jours plus tard et je fil à Grand Sault.

En chemin, je suis témoin d’un paysage grandiose de champs et de forêts. En montant une côte, je vois un énorme arc-en-ciel se former à l’horizon. Cette journée remplie de surprises continue à m’émerveiller!

pavillonacadie-01Toute une journée pour ma francophonie. Vivre la culture acadienne. Mes cousins francophones savent fêter!

Le site de Grand Sault s’appelle ExpoMonde. C’est donc rempli de pavillons qui présentent les différentes provinces et territoires où se retrouvent des peuples acadiens.

lisaleblanc-01Le spectacle débute avec Les Hay Babies qui sont en feu ce soir. C’est clair qu’elles sont chez eux et qu’elles vivent l’émotion de jouer devant une foule d’acadiens.

Ensuite, Radio Radio sont fidèles à eux-mêmes, présentant un spectacle plein d’énergie et bien rythmé. Ils enchaînent une chanson après l’autre avec peu de présentation, ce qui est important pour le genre de musique qu’ils présentent.

Et finalement, Lisa Leblanc débute son spectacle une trentaine de minutes après la fin de Radio Radio parce qu’ils doivent faire une prise de son. D’ailleurs, c’est évident que ce n’était pas assez alors que le spectacle débute avec un son assez mauvais. Mais, une fois la première chanson terminée, ça s’améliore grandement. Vers la fin de son spectacle, elle invite les groupes et les artistes qui ont présenté durant la journée pour chanter la chanson qui l’a rendue populaire «Aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde». Comme un coup de tête, elle demande à Serge Brido de la mettre sur ses épaules pour la chanson. «En tout cas, aujourd’hui n’est vraiment pas d’la marde pour moi!» déclare-t-il. Tout en ricanant, elle réussi à chanter la chanson d’un bout à l’autre, sur les épaules de Serge Brido, avec ses choristes de musiciens et de chanteurs acadiens. Quelle belle façon de terminer cette journée folle et spontanée!

Laisser une réponse»

Grand Sault sous la pluie et le beau temps

joel : août 18, 2014 2 h 54 min : Road Trip 2014

pascallejeune-01Je me rends à l’ÉxpoMonde du Congrès Mondial Acadien. Il a une petite pluie tannante ce matin.

Je visite les kiosques et j’écoute les artistes qui se présentent sur la grande scène. Arrive Pascal Lejeune sur scène. Tout un artiste! C’est malheureux qu’avec la pluie, il n’y a qu’une dizaine de personnes dans le public.

joelsursceneLe kiosque de la Nouvelle-Écosse accueille un chef qui prépare des petites bouchées toutes la journée avec des produits locaux. Sa soupe aux fougères (têtes de violon) est sublime! Suivi d’une saucisse avec réduction aux bleuets et sirop d’érable. Un peu plus tard dans la journée, c’est une mousse à l’érable.

Vers 16h, Stef Paquette s’installe sur scène, mais la pluie s’étant manifestée, il n’y a que moi comme public. Il y a une trentaine de personnes sous la tente de la cantine, qui est cachée par la tente des techniciens. Ils entendent plus ou moins le spectacle. En niaisant, Stef m’invite à m’asseoir sur scène. Je regarde ce spectacle super intime d’un point de vue complètement différent! 🙂 À un moment donné, durant la chanson «Télémaniac», j’entends une petite musique à bouche derrière moi. Il y a un gars assez âgé qui s’est avancé et qui joue comme un as! Stef le remarque et l’invite sur scène. Il est exceptionnel! À un moment donné, cet homme et Denis Hachey, le pianiste qui accompagne Stef, ont un moment de solo improvisé très impressionnant! C’est un happening que seulement quelques personnes ont vécu!

stef-01Après le spectacle, j’accompagne Stef et ses musiciens au chalet qui les hébergent. En chemin, Stef reçoit un message. On lui demande (et s’est déjà annoncé) de participer à une émission-web pour le CMA. Il nous laisse donc, Denis et moi, au chalet où nous jouons (tant bien que mal) aux billards. Ça fait TRÈS longtemps que j’ai joué ça et ça parait! Pour voir l’émission, suivre ce lien. Stef arrive à environ 37 minutes : http://new.livestream.com/accounts/475300/events/3301392/videos/59635556

On se dépêche ensuite à retourner sur le site de l’ExpoMonde pour la deuxième prestation de la journée. Il joue avant Pascal Lejeune. Le soleil sort et il fait très beau. Il y a un bien meilleur public que cet après-midi, mais, ce n’est quand même pas un très grand public. Je dirais une cinquantaine au maximum. Stef est «on» comme d’habitude. Vers la fin du spectacle, l’harmoniciste de cet après-midi est apparu dans le public et Stef l’a invité sur scène. Voici la vidéo de ce moment mémorable. http://youtu.be/T2k1gDZBADM

Après le spectacle de Stef, Pascal Lejeune remonte sur scène et c’est une autre excellente prestation! Lejeune et ses musiciens se démènent sur scène. Je découvre un excellent artiste. Un peu avant la fin du spectacle, nous retournons au chalet et jouons au billards une bonne partie de la soirée et de la nuit. Demain, j’entame la dernière étape de mon voyage. Matane, j’arrive.

Laisser une réponse»

Le retour via Matane

joel : août 19, 2014 21 h 15 min : Road Trip 2014

Hier, j’ai quitté mon cousin et ses collègues et amis pour me rendre à Matane, question de passer du temps avec mon oncle Guy et son chum George qui est en convalescence. Nous passons a soirée à prendre un bon souper et une bonne conversation. Ça fait du bien dormir dans un vrai lit!

Ce matin, je quitte Matane vers 9h30 pour le retour à Ottawa. Avec quelques arrêts pour de l’essence et pour manger, le voyage me prends plus de 10 heures et j’arrive vers 20h15.

BILAN DE MON ROAD TRIP:

11500 kilomètres de parcourus

39 jours (départ 11 juillet; retour 19 août)

PLUSIEURS belles rencontres

BEAUCOUP trop de photos

Je suis maintenant prêt à recommencer à travailler, et à imaginer mon prochain road trip.

 

Laisser une réponse»
« Page 1, 2, 3, 4 »

Laisser un commentaire